communiques

telechargements

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques M. Ydo Yao, Représentant Résident du Bureau de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) à Abidjan a remis au Ministre Gnenema Mamadou COULIBALY, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme traduite en langues nationales. C’était, dans l’après-midi du jeudi 05 juin 2014, au cours d’une cérémonie au Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques. Cette cérémonie qui avait pour cadre la salle de conférence s’est déroulée en présence de plusieurs membres du Cabinet, du Représentant Résident du HCR, de la Représentante de la Ministre de l’Education Nationale et des Universitaires Chercheurs en langues nationales. Avant de remettre les livrets, M. Ydo YAO a indiqué que ces documents sont la résultante des recommandations du Garde des Sceaux que l’UNESCO s’est engagé à matérialiser à travers cette traduction en Baoulé, Dioula et Guéré. c’est pourquoi, très heureux, le Ministre Gnenema Mamadou COULIBALY, en recevant symboliquement les exemplaires des documents a déclaré qu’’en choisissant dans un premier temps ces trois langues, en attendant, de l’étendre à d’autres, l’UNESCO et le Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, ont à cœur d’offrir à l’ensemble des Ivoiriens et des populations vivants sur notre sol l’opportunité de connaître leurs droits sans que la non maîtrise de la langue française soit pour eux un obstacle… Il a ensuite ajouté que ’’vous conviendrez avec moi qu’au regard de l’importance d’un tel instrument proclamant à l’échelle universelle les Droits Humains, sa diffusion en diverses langues ne fera que lui conférer un rayonnement plus grand, conformément à la vocation à laquelle il est appelé, à savoir garantir le respect de la dignité et la protection des Droits de l’Homme partout dans le monde…». Par ailleurs, le Garde des Sceaux a invité l’UNESCO à s’engager également pour la promotion de la Chartre Africaine des Droits de l’Homme, bien que celle-ci demeure essentiellement une affaire africaine.

 

SERVICE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS PUBLIQUES